alimentation pour lapin

Élevage : alimentation et médicaments

Les pathologies cunicoles sont nombreuses, mais une bonne connaissance des symptômes, des analyses régulières sur la qualité de l’air des bâtiments, sur l’hygrométrie, la vitesse de l’air et la température permettent souvent de garder le contrôle.

Les lapins et leur maladie

La qualité de l’eau et l’alimentation jouent, également, un rôle primordial sur la santé de la lapine et donc, sur celle du lapereau en engraissement. Le microbisme de la femelle influe directement sur la mortalité au nid, puis sur la robustesse du lapereau tout au long de sa croissance.

L’alimentation est sous forme de granulés 100 % végétaux. Céréales et notamment tourteaux de soja constituent la part la plus importante. L’éleveur doit choisir des aliments adaptés à chaque étape de la croissance. En général, trois à quatre variétés d’aliments sont utilisées. La première évite le rationnement au précheptel. Peu calorique, elle évite une prise de poids excessive avant la première insémination. La seconde est réservée aux mères gestantes et allaitantes. Elle est très riche et souvent additionnée d’un antibiotique préventif. Les mères sont alors plus résistantes et offrent un lait de meilleure qualité. La troisième est distribuée à partir du périsevrage et durant une grande partie du sevrage. Les médicaments additionnés évitent un trop grand stress et permettent aux lapereaux de se développer régulièrement. La quatrième est ce qu’on appelle un aliment blanc. Elle est à donner au minimum 15 jours avant la vente. Elle est assez calorique de façon à augmenter le poids du lapin (les recettes pour les gros lapins sont disponibles ici). Le système d’alimentation peut être automatique ou manuel.

L’eau des lapins

L’eau doit être analysée de temps en temps. Selon le pH et la nature des germes présents, une pompe à chlore peut être nécessaire. Des rampes avec pipettes sont installées en réseau pour fournir l’ensemble des cages. Des produits spécifiques permettent un nettoyage des rampes, pour une eau toujours claire et pure.

Il est très important de ne pas donner d’eau minérale à ses lapins. Ces dernier ne supporte parfois pas celle-ci. Vous pouvez laver leurs aliments avec celle-ci si le cœur vous en dit, mais il est extrêmement déconseillé que ces derniers la boivent. Toutefois, certains de mes lapins ne veulent pas manger leurs médicaments sans une carotte propre, il m’arrive donc parfois de laver cette carotte à la Volvic afin qu’elle soit parfaite. Ce conseil s’applique notamment pour les bébés lapins qui ont parfois besoin d’une alimentation particulière.

Certaines pathologies peuvent être facilement évitées grâce aux vaccins par exemple. Myxomatose et VHD sont des maladies graves qui peuvent contaminer un élevage en quelques jours. D’autres problèmes sont facilement détectables et possèdent une prophylaxie adaptée. Ce sont les parasites comme les oxyures, les coccidies, les gales des oreilles, les mycoses et les flagelles. Quelques maladies sont plus difficiles à traiter : il s’agit de pathologies bactériennes telles que les colibacilles, les pasteurelles, les staphylocoques, les bordetelles, les clostridies et les salmonelles. Plus déstabilisantes, les pathologies métaboliques créent un déséquilibre biochimique ou microbiologique.

Summary
Alimentation et médication pour les lapins
Article Name
Alimentation et médication pour les lapins
Author
Publisher Name
Recette Lapin

1 commentaire sur “Élevage : alimentation et médicaments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *