Elevage de lapin

Élevage : généralités

Habitué de nos campagnes, le lapin vit et élève ses petits en clapier depuis des générations. A plus grande échelle, les élevages, dits rationnels, accueillent au minimum une centaine d’animaux. Élever des lapins demande un savoir-faire certain. Une formation approfondie permet d’acquérir les techniques indispensables, tout en se familiarisant avec ce petit animal considéré comme fragile. L’installation est longue. Un certain nombre d’outils de travail sont demandés.

Le lapin et son élevage

L’élevage de lapins est considéré comme de la diversification. Le terrain ne doit pas nécessairement avoir une surface importante. Il est essentiel de se renseigner auprès des chambres d’agriculture et des directions sanitaires du département sur les contraintes liées à l’environnement.

Le bâtiment est hors sol, lorsqu’il s’agit, par exemple, d’un tunnel bâché ou de cabanes, très à la mode dans le Cantal dans les années 1980. Le bâtiment est dit « en dur » s’il n’est pas démontable comme une ancienne grange élevée en pierres de taille. Après avoir établi le nombre de cages mères à installer, il faut calculer la surface au sol, le volume d’air approprié, le sens des vents, etc… Quel que soit le style du bâtiment, sa base doit être bétonnée. En amont, un SAS de propreté accueille l’éleveur, les vétérinaires et techniciens d’élevage. Cet espace est pourvu éventuellement d’un espace de stockage, d’un bureau, d’un pédiluve et d’un point d’eau car l’hygiène est primordiale pour la santé des lapins.

Les trois quarts du bâtiment sont occupés par les cages et le pré-cheptel. Deux salles identiques constituées de trois rangées sur fosses profondes ou semi profondes sont, en général, aménagées. Un système de raclage et des ventilateurs d’extraction d’air doivent être installés. Le chauffage ne doit pas être négligé ; le gaz est souvent choisi pour le côté pratique des cuves louées par le distributeur. Certains éleveurs installent même un système de climatisation, idéal pour le confort des animaux. Le choix du matériel ne doit pas être fait à la hâte. Les cages doivent respecter des normes précises. Chaque fabricant a ses avantages et inconvénients.

Le lapin dans son bâtiment

Une fois le bâtiment aménagé, il est temps de recevoir les animaux. Les lapins de clapiers sont souvent des races pures comme le Fauve de Bourgogne et le Géant des Flandres. Les lapins de chair sont issus de croisements. On parle de souches hybrides. Les plus connues sont Hyla, Hycole et Grimaud. Les femelles sont blanches aux yeux rouges, les mâles sont blancs ou colorés aux yeux noirs. Les lapines possèdent certaines qualités indispensables comme la prolificité, la rusticité et les aptitudes maternelles.
La plupart des éleveurs travaillent en bande unique. Les bandes changent toutes les 6 semaines. Un cycle avec des tâches précises est mis en place.

Un lapin (surement le meilleur des lapins à déguster) de chair reste en moyenne 77 jours dans l’élevage, du jour de sa naissance au jour de la vente à un abatteur. Le temps de gestation d’une femelle est de 30 à 32 jours, (elle sera systématiquement présentée au mâle ou inséminée 10 jours après la mise bas). Elle allaite ensuite ses petits durant 3 à 4 semaines. Le péri-sevrage consiste à enlever le nid et la cloison de séparation de manière à augmenter la place dans la cage. Suivra le sevrage 15 jours après. Cinq semaines après la naissance, les mères sont, donc, transportées dans la seconde salle préalablement lavée et désinfectée. Une autre mise bas se prépare alors. Des copeaux sont distribués pour inciter la maman à faire son nid.

Des protocoles sanitaires et vétérinaires doivent être étudiés avec les techniciens cunicoles. Des vaccins contre la myxomatose et la maladie hémorragique virale (VHD) sont fortement conseillés. Quelques traitements à dissoudre dans l’eau sont à renouveler périodiquement, tel que le vermifuge. En ce qui concerne l’aliment, il est choisi en fonction des besoins à chaque âge et des contraintes de retrait avant la vente. Un aliment blanc est un aliment sans antibiotique, ni anti-coccidien. Il doit être distribué au minimum 15 jours avant le départ des animaux.

Cuniculteur, quel devoir ?

L’éleveur doit respecter un cahier des charges et établir une traçabilité pour chaque animal. Une gestion technico économique est souhaitable. Certains ratios sont à calculer régulièrement. La surveillance est une part importante du travail de soigneur. Même si le système d’alimentation est automatisé, il est bon de faire, chaque jour, le tour des deux salles en repérant les animaux « fatigués » ou malades.

L’élevage de lapins reste un travail minutieux et nécessitant de nombreuses connaissances techniques et biologiques mais il est aussi un travail passionnant et proche de la nature. Un bon éleveur sera toujours un éleveur respectueux de ses animaux et soucieux de leur bien-être !

Summary
Elevage des Lapins
Article Name
Elevage des Lapins
Author
Publisher Name
Recette Lapin

1 commentaire sur “Élevage : généralités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *